6 conseils pour accompagner un proche en fin de vie

6 conseils pour accompagner un proche en fin de vie

La fin de la vie est une période compliquée à vivre pour les proches. En effet, soutenir une personne dans ses derniers moments est une expérience difficile à traverser. Mais comment accompagner une personne en fin de vie dans la dignité et faire face à cette épreuve ? Comment se comporter pour aider la personne malade ? Dans ce guide, vous trouverez 6 conseils pour vivre au mieux cette situation délicate, tout en respectant les choix de la personne en fin de vie.

1. Communiquer avec un proche en fin de vie

Quand on accompagne une personne en fin de vie, il est essentiel d’échanger avec elle dans la bienveillance et le respect. En effet, vous devez l’aider à garder sa dignité et son autonomie. Pour cela, il vous faudra adapter votre communication à ses besoins et ses envies, mais aussi à ses capacités. Voici quelques conseils pour soutenir une personne avec une maladie grave :

Communiquer avec un proche en fin de vie

Quand on accompagne une personne en fin de vie, il est essentiel d’échanger avec elle dans la bienveillance et le respect. En effet, vous devez l’aider à garder sa dignité et son autonomie. Pour cela, il vous faudra adapter votre communication à ses besoins et ses envies, mais aussi à ses capacités. Voici quelques conseils pour soutenir une personne avec une maladie grave :

Communiquer avec un proche en fin de vie
  • Restez présent et attentif : montrez-lui que vous êtes là pour elle, que vous l’écoutez et la comprenez. Il est également important de respecter ses silences.
  • exprimez-vous avec sincérité, sans fausse promesse ou espoir non réalisable. Il est préférable de communiquer avec simplicité et honnêteté et éviter de cacher la vérité sur la situation.
  • faites preuve de bienveillance : respectez les choix et les valeurs de votre proche, sans apporter de jugement ou imposer un point de vue. Soyez tolérant et soutenez-le pour qu’il se sente estimé.
  • adoptez une attitude positive : vous pouvez valoriser les qualités de la personne en fin de vie. Montrez-lui les points positifs de sa vie, tels que ses projets, ses passions ou son travail. Ainsi, vous pourrez l’aider à trouver un sens à sa vie, malgré la souffrance et la mort qui approche.
  • soyez créatif : vous pouvez stimuler son imagination. Partagez des souvenirs heureux ou proposez des activités qui font oublier la maladie. S’intéresser à une personne en fin de vie et discuter avec elle lui donne du réconfort, ainsi qu’à son entourage.
Communiquer avec un proche en fin de vie
Communiquer avec un proche en fin de vie
  • adoptez une attitude positive : vous pouvez valoriser les qualités de la personne en fin de vie. Montrez-lui les points positifs de sa vie, tels que ses projets, ses passions ou son travail. Ainsi, vous pourrez l’aider à trouver un sens à sa vie, malgré la souffrance et la mort qui approche.
  • soyez créatif : vous pouvez stimuler son imagination. Partagez des souvenirs heureux ou proposez des activités qui font oublier la maladie. S’intéresser à une personne en fin de vie et discuter avec elle lui donne du réconfort, ainsi qu’à son entourage.

N’hésitez pas à demander de l’aide à des professionnels ou à des associations spécialisées en soins palliatifs. Ils pourront apporter un soutien psychologique.

2. Respecter les choix de la personne en fin de vie

La personne en fin de vie doit se sentir respectée dans son intégrité et sa dignité. Il est donc important pour elle qu’on tienne compte de ses besoins et de ses centres d’intérêt, notamment sur les points suivants : 

Respecter les choix de la personne en fin de vie
  • le traitement médical ; 
  • le lieu de vie ; 
  • son rythme biologique ;
  • l’entourage ; 
  • ses croyances.
  • le traitement médical ; 
  • le lieu de vie ; 
  • son rythme biologique ;
  • l’entourage ; 
  • ses croyances.
Respecter les choix de la personne en fin de vie

Vous pouvez cependant l’aider à prendre des décisions, en lui donnant des informations claires, sans imposer votre volonté, et en l’accompagnant dans ses démarches, si elle le demande. 

Par ailleurs, il est essentiel d’offrir votre présence et votre soutien. Respectez toutefois ses moments de solitude ou de partage. Aidez-la à réaliser ses derniers souhaits, dans la mesure du possible.

3. Soulager la douleur d’un proche malade

Les personnes en fin de vie endurent souvent des douleurs physiques liées à leur maladie ou aux traitements qui peuvent être lourds. Ces situations difficiles entraînent également des douleurs morales. 

Malgré ces souffrances, vous pouvez contribuer à un mieux-être, avec l’aide de professionnels de la santé spécialisés en soins palliatifs. N’hésitez pas à lui apporter du réconfort et de l’attention.

Soulager la douleur d’un proche malade

Les personnes en fin de vie endurent souvent des douleurs physiques liées à leur maladie ou aux traitements qui peuvent être lourds. Ces situations difficiles entraînent également des douleurs morales. 

Malgré ces souffrances, vous pouvez contribuer à un mieux-être, avec l’aide de professionnels de la santé spécialisés en soins palliatifs. N’hésitez pas à lui apporter du réconfort et de l’attention.

Soulager la douleur d’un proche malade

Voici quelques exemples de ce que vous pouvez proposer à une personne en fin de vie :

Soulager la douleur d’un proche malade
  • lire un livre à haute voix ;
  • écouter de la musique ou regarder un film ;
  • faire un massage des mains ou des pieds ; 
  • proposer des activités adaptées à ses capacités ; 
  • témoigner votre affection.
  • lire un livre à haute voix ;
  • écouter de la musique ou regarder un film ;
  • faire un massage des mains ou des pieds ; 
  • proposer des activités adaptées à ses capacités ; 
  • témoigner votre affection.
Soulager la douleur d’un proche malade

Si la personne le souhaite, n’ayez pas peur d’aborder les sujets difficiles, comme la mort, les peurs ou les regrets. 

Lire aussi : “Quelles aides financières pour les malades du cancer en France ?

4. Accompagner une personne en fin de vie à son domicile

La fin de vie à domicile offre plusieurs avantages pour la personne malade. Elle peut notamment :

  • exprimer ses préférences sur sa prise en charge médicale et ses directives anticipées ;
  • maintenir le lien avec ses proches ;
  • garder ses repères, ses habitudes et ses objets personnels ;
  • éviter les transferts, sources de stress et d’angoisse.
Accompagner une personne en fin de vie à son domicile
  • exprimer ses préférences sur sa prise en charge médicale et ses directives anticipées ;
  • maintenir le lien avec ses proches ;
  • garder ses repères, ses habitudes et ses objets personnels ;
  • éviter les transferts, sources de stress et d’angoisse.
Accompagner une personne en fin de vie à son domicile

Si une personne en phase terminale de cancer souhaite rester chez elle jusqu’à son décès, elle doit disposer d’un environnement adapté pour être bien soignée et bien accompagnée. Pour cela, il est nécessaire de prévoir :

Accompagner une personne en fin de vie à son domicile
  • des équipements : lit médicalisé, fauteuil roulant, déambulateur, oxygène, rehausseur de WC, barres d’appui, bouton d’alarme SOS, etc. ;
  • une équipe soignante pour les soins à domicile : plusieurs dispositifs existent, tels que le SSIAD (service de soins infirmiers à domicile), l’HAD (hospitalisation à domicile) ou les EMSP (équipes mobiles de soins palliatifs) ;
  • des aides financières, comme l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie), l’AJAP (Allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie), l’ASH (Aide sociale à l’hébergement), le FNASS (Fonds National d’Action Sanitaire et Social) ou les mutuelles.
  • des aidants : il s’agit souvent de la famille, d’amis ou de bénévoles ;
  • des équipements : lit médicalisé, fauteuil roulant, déambulateur, oxygène, rehausseur de WC, barres d’appui, bouton d’alarme SOS, etc. ;
  • une équipe soignante pour les soins à domicile : plusieurs dispositifs existent, tels que le SSIAD (service de soins infirmiers à domicile), l’HAD (hospitalisation à domicile) ou les EMSP (équipes mobiles de soins palliatifs) ;
  • des aides financières, comme l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie), l’AJAP (Allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie), l’ASH (Aide sociale à l’hébergement), le FNASS (Fonds National d’Action Sanitaire et Social) ou les mutuelles.
  • des aidants : il s’agit souvent de la famille, d’amis ou de bénévoles ;
Accompagner une personne en fin de vie à son domicile

Vous devrez aussi aménager le logement pour faciliter les déplacements et son confort. Il est également nécessaire de préserver l’intimité et la tranquillité de la personne malade, ainsi que sa vie de famille. 

Accompagner un proche en fin de vie à son domicile demande disponibilité et implication pour s’occuper de la personne jusqu’au bout.

5. Prendre soin de soi pour mieux accompagner un proche malade

Aider un proche en fin de vie est une expérience difficile. Elle peut entraîner des conséquences psychologiques et physiques (stress, fatigue, tristesse, colère ou culpabilité).  

De ce fait, il est indispensable de veiller à son propre bien-être pour être présent et soutenir la personne malade. Voici plusieurs exemples pour prendre soin de soi :

  • s’accorder des moments de détente et des loisirs ; 
  • se reposer suffisamment et manger sainement ; 
  • faire du sport ou de la méditation ; 
  • se faire aider par les proches, des professionnels ou des bénévoles pour partager les tâches ;
  • exprimer ses sentiments et ses difficultés. N’hésitez pas à intégrer un groupe de soutien ou consulter un psychologue si nécessaire. 
Prendre soin de soi pour mieux accompagner un proche malade
  • s’accorder des moments de détente et des loisirs ; 
  • se reposer suffisamment et manger sainement ; 
  • faire du sport ou de la méditation ; 
  • se faire aider par les proches, des professionnels ou des bénévoles pour partager les tâches ;
  • exprimer ses sentiments et ses difficultés. N’hésitez pas à intégrer un groupe de soutien ou consulter un psychologue si nécessaire. 
Prendre soin de soi pour mieux accompagner un proche malade

En veillant à votre bien-être, vous gagnez en équilibre physique et mental. Vous êtes plus à l’écoute et plus présent pour la personne que vous accompagnez et renforcez ainsi votre relation avec elle.

6. Se préparer au décès et au deuil

La disparition d’un proche est une épreuve difficile, même si elle était attendue. Il est donc indispensable de se préparer au deuil, autant que possible avant le décès, et notamment :

  • échanger avec la personne en fin de vie sur ses souhaits et ses craintes. À l’approche de la mort, cela permet de renforcer le lien affectif et de se dire des choses importantes ;
  • se réconcilier en cas de conflits ou de non-dits : apaiser les éventuelles tensions, se pardonner mutuellement et éviter ainsi des regrets ;
  • organiser les obsèques avec la personne malade, si elle le souhaite. Il est primordial de respecter ses choix, de lui rendre hommage et de faciliter les démarches administratives à venir.
Se préparer au décès et au deuil
Se préparer au décès et au deuil
  • échanger avec la personne en fin de vie sur ses souhaits et ses craintes. À l’approche de la mort, cela permet de renforcer le lien affectif et de se dire des choses importantes ;
  • se réconcilier en cas de conflits ou de non-dits : apaiser les éventuelles tensions, se pardonner mutuellement et éviter ainsi des regrets ;
  • organiser les obsèques avec la personne malade, si elle le souhaite. Il est primordial de respecter ses choix, de lui rendre hommage et de faciliter les démarches administratives à venir.

Le deuil est un processus long et compliqué. Il varie suivant les personnes et les circonstances du décès. Ainsi, chacun fait son deuil à sa manière, l’essentiel est d’accepter le décès du proche et de reconstruire sa vie petit à petit.

Lire aussi “Les 5 étapes du deuil : comment se reconstruire après la perte d’un être cher ?

Créer une cagnotte solidaire

Vous souhaitez apporter votre soutien à une personne en fin de vie et à ses proches ? N’hésitez pas à créer une cagnotte en ligne sur la Cagnotte des Proches. 

Vous pouvez collecter des dons pour aider la personne malade à réaliser ses dernières volontés, soutenir la famille ou faire un geste pour une association qui lui tient à cœur. Ouvrir une cagnotte solidaire sur la plateforme est simple, gratuit et sécurisé.

Les traitements et les soins non remboursés par la Sécurité sociale sont parfois très élevés pour les personnes en fin de vie. En créant une cagnotte Frais médicaux, vous leur offrez un soutien financier et moral dans cette épreuve difficile.  

Créer une cagnotte solidaire

Vous pouvez collecter des dons pour aider la personne malade à réaliser ses dernières volontés, soutenir la famille ou faire un geste pour une association qui lui tient à cœur. Ouvrir une cagnotte solidaire sur la plateforme est simple, gratuit et sécurisé.

Les traitements et les soins non remboursés par la Sécurité sociale sont parfois très élevés pour les personnes en fin de vie. En créant une cagnotte Frais médicaux, vous leur offrez un soutien financier et moral dans cette épreuve difficile.  

Créer une cagnotte solidaire
Marie Doucey
Marie Doucey

Infirmière et rédactrice web santé. Mon objectif est de partager mes connaissances et apporter une information de qualité, accessible à tous. Suivre Marie sur LinkedIn

Articles similaires